flickr.com

flickr.com

Deux semaines à peine de 2015, la période carnavalesque est lancée (environ trente jours). Les meringues des années antécédentes et les dimanches pré-carnavalesques occupent des heures dans les stations de radio. Cette année les 15, 16 et 17 février sont les trois jours retenus pour la plus grande fête populaire haïtienne. Une fête, comme d’habitude, qui voit défiler des chars musicaux, des bandes à pieds et toutes formes de masques venant des écoles de théâtre. Du Stade Sylvio Cator passant devant le palais national dix-sept groupes musicaux, toutes tendances, se défileront sur le parcours carnavalesque et quelques bandes à pieds.

Les groupes musicaux se préparent pour assurer leurs prestations pendant les trois jours gras. Les stands sont en construction sur presque tout l’air du champ de mars. Les spots habituels de la police nationale contre les violences sont en boucle sur plusieurs chaines locales. Le comité établi depuis 3 ans veut à tout prix organiser une bien meilleure fête que celles des années passées. Environ 143, 000,000 de gourdes seront débloqués pour l’organisation du carnaval selon Gregory Saba, le président de ce comité.

Un carnaval sur fond de polémique

« depi se kanaval peyi cho pa pou mwen » chante le groupe « Kreyòl la » dans sa meringue. Définitivement le groupe n’a pas tort car une semaine avant, la tension était très tendue entre l’opposition et le pouvoir. Une opposition renforcée par la grève des professeurs pour exiger leurs salaires, et les manifestations des élèves des écoles publiques en support avec leurs enseignants. Vient simultanément les revendications des syndicats des chauffeurs pour demander au gouvernement de réduire le prix des produits pétroliers à la pompe.

Et le clou des paniques était dans un premier temps les deux jours de grèves réussis (9 et 10 février). Une situation qui a obligé au gouvernement à déployer de nouvelles stratégies pour anticiper sur, en deuxième temps, les deux autres qui se succéderont  la semaine d’après. Vainement, Evans Paul et ses ministres ont essayé convaincre avec leurs discours. De surcroît ils ont préféré d’employer la force pour empêcher toutes formes de manifestations de la société civile.

Mais malgré toutes ces divergences sociales la nation entière s’est décidée, implicitement, d’observer une trêve  pour danser le carnaval et reprendra avec les manifestations et les revendications les jours suivants. Ce qui semble être un bon ouf de soulagement pour les dirigeants, espérons entre temps qu’ils penseront à quoi faire pour calmer cette situation qui est en leur défaveur.

Le rapport de l’argent petro caribe met « toutouni » le pouvoir

« Toutouni » est le titre de la meringue du fameux groupe « Barikad Crew » qui met l’accent sur l’absence de l’Etat dans divers domaines essentiels du pays. Tel l’environnement, la justice et autres. Ajoutez à cela, circule sur les medias le rapport de l’argent du Petro Caribe obtenir à titre de prêt. De 2008 à nos jours 1,3 milliard de dollars ont été décaissés pour des projets de toutes sortes.

Malheureusement les résultats de ces projets ne reflètent pas cette forte somme dépensée par l’Etat haïtien. Plus d’un se pose des questions sur cet argent que le pays et les générations futures auront certainement à payer d’une manière ou d’une autre. De 2011 à aujourd’hui, sous le règne du président Martelly plusieurs projets ont mis sur pieds, mais le cas inquiétant c’est que bon nombre de ces projets restent inachevés à un an de la fin de son quinquennat. A deux jours du carnaval national tous les dossiers restent en mode veille mais les affaires ressurgiront incontestablement après la bamboche populaire.

Mais c’est le carnaval

Ceux qui suivent de près les actus socio-économiques du pays se demandent comment un peuple peut accepter de fêter dans une situation de misère atroce. Mais c’est le carnaval! Bon gré mal gré les gens se préparent et le premier jour gras sera ce dimanche 15 février. Les chaines de télévision se mobilisent pour les retransmissions, les vidéos des meringues passent au long des journées, on pourrait même se demander par moment s’il n y a que ça. Mais c’est le carnaval! Et en dépit de tout on ne peut que souhaiter un joyeux carnaval à tous.

 

Diego Mythri GOUIN

gouindiegomythri@yahoo.fr

 

 

 

The following two tabs change content below.
Diego Mythri GOUIN
Je suis Diego Mythri Gouin / né en Haiti / j'ai étudié la communication Sociale /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *