credit photo: Jean Claude Duvalier en 2011 au lendemain de son retour. Amelie Baron/rfi

credit photo: Jean Claude Duvalier en 2011 au lendemain de son retour. Amelie Baron/rfi

 

04-octobre-2014, trois ans après son retour en Haïti, la nouvelle de la mort de l’ex dictateur Jean Claude Duvalier (bébé doc) circule sur toutes les ondes. Pour certains c’est comme une feu de joie, pour d’autres c’est juste la mort d’un homme comme tout autre, pour les duvaliéristes endurcis c’est une perte d’un grand homme d’haïti qui a dirigé le pays pendant 14 longues années (1971-1986).

Depuis qu’il a rendu l’âme des témoignages de toutes sortes, venus de partout et de tous envahissent les réseaux sociaux, les journaux et les radios. Les travaux de mémoires ne sont pas loin d’être terminés à ce qu’il parait.

Pendant ce temps, parmi toutes ses critiques et ses regrets un autre sujet vient d’être placé à la une des médias haïtiens. Deux jours après sa mort la presse se demande déjà quelles obsèques va-t-il avoir.

L’ex dictateur a souvent été invité par Le président Michel J. Martelly dans plusieurs grandes cérémonies, et l’affichait presque toujours à ses cotés au premier rang. Une attitude qui, entre autres, lui a couté le titre d’un fervent duvaliériste. D’ailleurs sous sa présidence le pouvoir judiciaire qui est manipulé par l’exécutif n’a pas noté bon de juger Jean Claude pour ses diverses crimes et violations des droits humains.

Le même après-midi du décès de Duvalier fils sur la page twitter du président on pouvait lire ses premières déclarations émotives. « En dépit de nos querelles et nos divergences, saluons le départ d’un authentique fils d’Haïti. Et a continué pour dire que : « l’amour et la réconciliation doivent toujours vaincre nos querelles intestines, que ton âme repose en paix Jean Claude »

l’avocat de Duvalier, Me Reynold Georges, a conclu pour la correspondante de la radio france internationale en Haiti (RFI)  que : « des funérailles nationales étaient en train d’être organisées de concert avec le gouvernement »

Une déclaration qui certainement ne résonnerait pas bien dans les oreilles des victimes et de ses familles. La sociologue Daniel Magloire a déclaré sur l’une des radios de la place que : « le dictateur ne mérite pas un tel honneur de la patrie, on fait ces genres de funérailles pour une personne qui a servi son pays non pas à un criminel ».

Une position que partage Alix Fils Aimé en déclarant : « si on fait ces genres de choses pour Duvalier il faudrait le faire également pour d’autres dictateurs qui ont fait autant de mal, alors pas questions d’insulter encore plus les victimes d’un régime sanguinaire ».

L’écrivain Lyonel Trouillot dans ses lignes au quotidien du Nouvelliste a clairement formulé une demande aux dirigeants haïtiens, en disant ceci : « tout ce que nous demandons au pouvoir actuel c’est de ne pas nous imposer la dépouille et le passage de Duvalier fils comme ceux d’un héros, d’un homme de haute vertu ».

Rend moi fou sage, il est clair que Jean Claude Duvalier n’est plus populaire comme avant.  Pour des raisons de sécurité je suggérerais à la famille et  à ses amis les plus proches d’organiser ses funérailles à  la stricte intimité que cela oblige. Il est vrai que monsieur est déjà mort mais les plaies qu’il a causé saignent encore, même après 28 ans.

Fort heureusement jusqu’à présent rien  n’est encore confirmé par le pouvoir en place. Mais selon toute vraisemblance les funérailles nationales sont un principe pour un ancien chef d’état. Cependant la question reste à traiter avec délicatesse quand on considère le statut de l’homme et le nombre de choses dont il a été accusé.

 

 

 

 

The following two tabs change content below.
Diego Mythri GOUIN
Je suis Diego Mythri Gouin / né en Haiti / j'ai étudié la communication Sociale /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *