A man sits covering himself with an umbrella on the roof of a house affected by Hurricane Matthew in Port-a-Piment, Haiti. REUTERS/Andres Martinez Casares

A man sits covering himself with an umbrella on the roof of a house affected by Hurricane Matthew in Port-a-Piment, Haiti. REUTERS/Andres Martinez Casares

Vous n’avez pas  besoin d’être un expert pour savoir qu’au niveau de construction nous avons beaucoup à faire pour changer la donne. C’est toute une rééducation sur la façon dont nous devons construire dans les grandes et petites villes ; surtout dans les zones à risques, sur les côtes etc.

En Haïti la problématique de la construction s’impose en énigme qui s’en va et qui revient à chaque fois. En effet il n’y a jamais eu de solutions et des tentatives de réponse pertinentes à ce problème. Vous vous rappelez sans doute, après le tremblement de terre de 2010, les nombreux projets de construction et de reconstruction présentés par diverses organisations nationales et internationales pour mettre à neuf la capitale d’Haïti et même construire de nouveaux quartiers. Dans cet ordre d’idée, sans trop grande difficulté je peux citer :

 

  • Sans trop grande difficulté je peux citer le fameux projet CIRH (Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti) orchestré par Bill Clinton (42ème Président des Etats Unis) et le gouvernement haïtien de l’époque.
  • Ou encore le projet 16/6 qui était une initiative pilote du gouvernement d’Haïti et les Nations unies pour la reconstruction de 16 quartiers afin d’améliorer les conditions de vie à travers la participation communautaire.
  • Sans oublier les millions (environ 480 millions de dollars) de la Croix-Rouge américaine qui ont contribué à construire… six (6) maisons.

Malheureusement Haïti n’a rien, ou presque, bénéficié de concret de tous ces millions dépensés par l’Etat haïtien et les ONG sous le couvert de la reconstruction du pays.

 

Aujourd’hui encore, après le passage inoubliable de l’ouragan Matthew, de nombreuses maisons, des plantations, des routes, des ponts sont détruits. Déjà, on se passe la formule et on re-parle de reconstruction…celle de la partie Sud de la République d’Haïti cette fois-ci.

 

De quelle reconstruction parle-t-on cette fois-ci ?

C’est la question à 1 million de dollars ! Considérant que la ville de Port-au-Prince n’a jamais été reconstruite ; considérant les millions détournés dans le cadre de la reconstruction du département de l’Ouest ; considérant les mauvaises pratiques de gestion et les traits d’irresponsables dont nos dirigeants ont l’habitude de faire preuve… Il m’est très difficile de dire si vraiment on parle de reconstruction en référence aux villes desdits départements ou en référence à des situations économiques particulières qui souhaitent en profiter pour faire assurer une bonne santé à des comptes en banque tout aussi particuliers. Perspective difficile à cerner, je l’avoue.

The following two tabs change content below.
Diego Mythri GOUIN
Je suis Diego Mythri Gouin / né en Haiti / j'ai étudié la communication Sociale /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *